La découverte historique de Curiosity sur Mars, c’était pour rigoler !

«  Les rumeurs et les spéculations selon lesquelles une  découverte majeure aurait été faite dans le cadre de la mission Curiosity qui est à ses débuts, sont erronées ». C’est par ces mots que la NASA a apporté hier un formel démenti aux propos d’un de ses scientifiques.

Un responsable de la mission qui avait évoqué à la radio il y a deux semaines, une découverte propre à « entrer dans les livres d’histoire » ( voir mes posts précédents ).  La NASA ajoute: « à ce stade, les instruments n’ont détecté aucune indication définitive de matière organique martienne ». Pas de trace de vie sur la planète rouge.

Tout cela était une blague, du « mal dit ».

John Grotzinger, le scientifique qui a "laché le morceau..."

John Grotzinger, le scientifique qui a « laché le morceau… »

Néanmoins, un démenti qui apporte encore de l’eau au moulin des uns… et des autres :

1/ les rationnels qui ( j’en fais partie ) pensent qu’il ne s’agit pas vraiment d’une maladresse, mais plutôt d’une volonté délibérée de provoquer le « buzz » sur l’internet, histoire de faire mousser l’agence spatiale américaine et sa mission.

2/ les illuminés et leurs amis, qui verront sans doute dans le démenti de la NASA une volonté d’étouffer une découverte majeure.  D’ailleurs le communiqué dit qu’il n’y a aucune indication « définitive » de matière organique martienne. « Définitive » laisse supposer qu’il y aurait une indication « non définitive ». Allez hop, on relance les spéculations !

alien-extra-terrestre

Pourquoi la Nasa joue-t-elle à ça ? 

Je me permets ici de rappeler qu’avec Curiosity, la Nasa a réussi à réveiller l’enthousiasme de passionnés de tous poils sur l’ensemble de la planète.  C’est entre guillemets la première mission susceptible d’intéresser le grand public à l’échelle mondiale depuis bien longtemps.  Les communicants de l’agence américaine l’ont compris, et alors que la NASA traverse sans doute la plus grande crise budgétaire de son histoire, un coup de brosse à reluire sur un succès scientifique est toujours le bienvenu, quitte à sortir du cadre strictement scientifique.

Les missions Apollo sont très loin, les mission STS c’est fini- les navettes sont au musée -, Curiosity  est la seule vitrine qui vaille pour les hommes qui ont réussi il y a près d’un demi siècle à conquérir la Lune.

Me contacter ? c’est ici

Publicités

Transport privé de fret spatial : SpaceX confirme

C’est un moment important dans le processus à long terme engagé par les Américains pour tenter de relancer leurs ambitions spatiales. La capsule privée Dragon a réussi une mise en orbite sans faute ce 7 octobre 2012 en direction de la station spatiale internationale.

Partie la nuit dernière de Cap Canaveral en Floride à bord d’un lanceur Falcon 9, « Dragon » doit s’arrimer à l’ISS après-demain aux alentours de midi heure française.

Décollage de Falcon9 le 7 octobre 2012 (Crédit : NASA)

A bord, pas de trace de vie, mais de quoi ravitailler les 6 astronautes actuellement au-dessus de nos têtes. 454 kilos terrestres d’équipements divers : du matériel scientifique, des vêtements et de la nourriture, dont de la crème glacée. Cette crème glacée constituant manifestement le seul intérêt de cette mission pour le grand public, à en croire les commentateurs et les journalistes.

Je ne jette pas la pierre à mes confrères, car il faut bien reconnaitre qu’il n’y a rien de passionnant dans cette mission, c’est du transport de fret, et il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Mais il se trouve que c’est un moment important pour la NASA qui reprend pied ainsi dans le transport spatial, un an après avoir mis un point final aux missions STS, à savoir aux vols des navettes spatiales, qui transportaient hommes et fret à l’ISS.

La capsule Dragon de SpaceX (Crédit: Nasa)

Cette mission Dragon est déjà la 2ème de la société privée SpaceX, qui avait réussi un vol de démonstration en mai 2011. Selon le contrat conclu entre cette entreprise et l’agence spatiale américaine, SpaceX doit effectuer 12 missions de fret vers l’ISS en 4 ans, soit 20 tonnes de matériel à « envoyer en l’air », et autant voire plus à redescendre, puisqu’au terme de sa mission, la capsule Dragon parachute dans l’océan Pacifique, moult matériels scientifiques et autres équipements usagers.

Comme imaginé dans la trilogie martienne de Kim Stanley Robinson, c’est un ascenseur spatial qu’il faudrait…

Me contacter si vous le souhaitez, suivez ce lien.
ou commentez ;  n’hésitez pas, ça me fera plaisir