Envol réussi pour Antares

C’est l’une des deux sociétés américaines retenues par la NASA pour prendre en charge l’envoi de fret à la station spatiale internationale : la société Orbital Sciences a réussi ce dimanche 21 avril 2013 le premier lancement de sa fusée Antares.

Décollage de la fusée Antares le 21 avril 2013

Décollage de la fusée Antares le 21 avril 2013

Le lanceur de 40 mètres et 2 étages a décollé du tout nouveau centre spatial de Wallops, situé sur une île en Virginie à 270 km de Washington. La fusée transportait un simulateur et une charge équivalente à 3,8 tonnes. L’ensemble a été mis sur orbite au bout de 10 minutes à 256 km d’altitude. Opération réussie donc.

La prochaine étape sera dans environ 2 mois : une mission complète de démonstration du système de livraison de fret à l’ISS, à savoir l’envoi d’une capsule baptisée Cygnus, capable de transporter 2 tonnes terrestres. Cygnus est une capsule à usage unique, elle n’est pas prévue pour un retour sur Terre.

Capsule Cygnus - vue d'artiste

Capsule Cygnus – vue d’artiste

Selon l’accord conclu avec la Nasa, Orbital Sciences doit livrer au moins 20 tonnes de marchandises à la station spatiale internationale au cours de 8 vols commerciaux jusqu’en 2016.

Avec ce lancement, la société Orbital Sciences rejoint SpaceX et sa capsule Dragon, la 2ème société privée agréée par la Nasa. Celle-ci a déjà effectué 3 missions en direction de la Station Spatiale internationale, dont deux livraisons de fret.

Publicités

Transport privé de fret spatial : SpaceX confirme

C’est un moment important dans le processus à long terme engagé par les Américains pour tenter de relancer leurs ambitions spatiales. La capsule privée Dragon a réussi une mise en orbite sans faute ce 7 octobre 2012 en direction de la station spatiale internationale.

Partie la nuit dernière de Cap Canaveral en Floride à bord d’un lanceur Falcon 9, « Dragon » doit s’arrimer à l’ISS après-demain aux alentours de midi heure française.

Décollage de Falcon9 le 7 octobre 2012 (Crédit : NASA)

A bord, pas de trace de vie, mais de quoi ravitailler les 6 astronautes actuellement au-dessus de nos têtes. 454 kilos terrestres d’équipements divers : du matériel scientifique, des vêtements et de la nourriture, dont de la crème glacée. Cette crème glacée constituant manifestement le seul intérêt de cette mission pour le grand public, à en croire les commentateurs et les journalistes.

Je ne jette pas la pierre à mes confrères, car il faut bien reconnaitre qu’il n’y a rien de passionnant dans cette mission, c’est du transport de fret, et il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Mais il se trouve que c’est un moment important pour la NASA qui reprend pied ainsi dans le transport spatial, un an après avoir mis un point final aux missions STS, à savoir aux vols des navettes spatiales, qui transportaient hommes et fret à l’ISS.

La capsule Dragon de SpaceX (Crédit: Nasa)

Cette mission Dragon est déjà la 2ème de la société privée SpaceX, qui avait réussi un vol de démonstration en mai 2011. Selon le contrat conclu entre cette entreprise et l’agence spatiale américaine, SpaceX doit effectuer 12 missions de fret vers l’ISS en 4 ans, soit 20 tonnes de matériel à « envoyer en l’air », et autant voire plus à redescendre, puisqu’au terme de sa mission, la capsule Dragon parachute dans l’océan Pacifique, moult matériels scientifiques et autres équipements usagers.

Comme imaginé dans la trilogie martienne de Kim Stanley Robinson, c’est un ascenseur spatial qu’il faudrait…

Me contacter si vous le souhaitez, suivez ce lien.
ou commentez ;  n’hésitez pas, ça me fera plaisir