Curiosity proche de son terminus

 Depuis le 6 août 2012, date de son arrivée sur la planète Mars, Curiosity roule et roule encore.

Le super robot de la Nasa, toujours niché dans le cratère Gale, est arrivé au pied du Mont Sharp en plein centre du cratère, une belle montagne de 5500 mètres d’altitude formée de couches sédimentaires que le rover américain va maintenant explorer jusqu’à rendre l’âme. Le Mont Sharp étant la destination finale de sa mission.

aupieddumontSharp

Curiosity au pied du mont Sharp, autoportrait montage (crédit : Nasa/JPL)

On va grimper maintenant

L’ascension de Curiosity va commencer par l’exploration du socle de la montagne à un endroit baptisé « Pahrump Hills ». Initialement le robot devait emprunter une route plus longue, mais son parcours a été modifié en raison d’une usure excessive de ses roues. La traversée récente d’une région recouverte de roches tranchantes a provoqué des trous dans 4 des 6 roues du rover. Voyez la photo ci-dessous.

 

Des roues malmenées ! (Crédit: Nasa/JPL)

Des roues malmenées ! photo prise le 21 juillet 2014 (Crédit: Nasa/JPL)

24nov2013(4)

Priorité : forer

La priorité désormais pour les « pilotes » de la mission, est de mener des recherches scientifiques sur chaque strate de la montagne, avec des forages pour prélever des échantillons.

Curiosity doit encore faire la preuve de son utilité car un rapport publié en juillet par une commission indépendante au sein de la NASA a épinglé son travail : Curiosity coûte 2 milliards de dollars, mais l’ensemble de son travail représente selon ce rapport «  un rendement scientifique maigre ».

Le moment est donc venu pour le rover américain de croiser des martiens !

Un rover américain bat le record de distance sur sol extra-terrestre

Il s’appelle Opportunity.

Record de distance pour Opportunity (délire d'artiste crédit:NASA/JPL/Caltech)

Record de distance pour Opportunity (délire d’artiste crédit:NASA/JPL/Caltech)

Ce robot doté de 6 roues conçu par la NASA s’est posé sur Mars le 25 janvier 2004, dans la région équatoriale de Terra Meridiani. 21 jours plus tôt, son frère jumeau – le robot Spirit – se posait dans le cratère Gusev de l’autre côté de la planète rouge. Ces jumeaux robotisés de l’agence spatiale américaine ont mené de nombreuses expériences scientifiques. On leur doit notamment la découverte de traces d’un environnement humide sur Mars que l’on croyait totalement asséchée auparavant.

Si l’on reparle d’Opportunity aujourd’hui, c’est parce que contrairement à son frère Spirit désormais hors service, Opportunity roule toujours sur la planète rouge. Il vient même de battre le record absolu de distance parcourue sur un sol extraterrestre : 40 km ! L’engin avait été conçu pourtant pour ne rouler qu’un petit km…

40km, c’est un peu mieux que les 39 km parcourus en moins de 5 mois en 1973 par le robot soviétique Lunokhod 2, qui lui roulait non pas sur Mars, mais sur la Lune.

A titre de comparaison, la superstar martienne Curiosity – rover géant posé sur Mars depuis 2 ans et auquel on doit d’extraordinaires clichés (voir plus bas dans ce blog) – n’a roulé que 8km et demi jusqu’à présent.

« Opportunity est donc allé plus loin que n’importe quel autre véhicule roulant sur la surface d’un autre monde » se plait à déclarer John Callas du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA à Pasadena en Californie.

Opportunity poursuit d’ailleurs son exploration du cratère Endeavour, sur le sol rouge de Mars…un cratère de 22km de diamètre…

Depuis son arrivée sur Mars, Opportunity a donné beaucoup aux scientifiques : il a découvert la première météorite extraterrestre (baptisée « Heat Shield Rock »), il a étudié le spectaculaire cratère Victoria, puis le cratère Santa Maria. Récemment, avec l’analyse d’un rocher joliment baptisé Espérance, il a découvert les conditions les plus favorables au développement de la vie jamais mises au jour sur le sol de Mars.

Sur Mars, Curiosity met les gaz !

Presque 2 ans déjà sur la planète rouge, et c’est vraiment un bonheur de suivre l’aventure de Curiosity… le rover américain de la NASA se porte bien et continue de fournir moult informations scientifiques et aussi de belles photos de la surface de Mars.

Curiosity-image d'artiste

Curiosity-image d’artiste

Selon des explications données ces derniers jours par l’astrophysicien français Sylvain Maurice à Toulouse, Curiosity va maintenant accélérer le rythme de son voyage pour tenter d’atteindre d’ici Noël 2014 la zone du Mont Sharp, au sein du cratère Gale dans lequel il est posé.

Curiosity accélère donc sur ses 6 roues, mais reste prudent pour éviter tout incident. Il y a une semaine, il a même battu un record en parcourant 147 mètres en une journée. Il s’agit pour lui maintenant de réussir à passer sans encombre des dunes de sable, comme le montre cette photo prise ces derniers jours à l’arrière du rover.

 

Mars, le 29 juin2014 (Crédit :NASA)

Mars, le 29 juin2014 (Crédit :NASA)

 

De véritables dunes martiennes (crédit : NASA)

De véritables dunes martiennes (crédit : NASA)

 

 

A titre de comparaison, le rover américain avait parcouru 700 mètres la première année terrestre, et 7 km au cours de la 2ème !

Vue spectaculaire de Mars le 13 juin 2014 (Crédit : NASA)

Vue spectaculaire de Mars le 13 juin 2014 (Crédit : NASA)

Encelade : une vie extraterrestre dans la banlieue de Saturne ?

Notre voyage dans le système solaire nous conduit aujourd’hui sur Encelade, l’un des 53 satellites connus de la célèbre géante aux anneaux, Saturne. Selon des révélations formulées ce jeudi 3 avril 2014 par les scientifiques de la Nasa, Encelade « pourrait » abriter une vie microbienne extraterrestre.

Cette affirmation est le résultat des mesures effectuées par la sonde Cassini, sous la surface du pôle sud de ce satellite de glace. Cassini avait été lancée en 2004 pour étudier l’environnement de Saturne.

Encelade (crédit:NASA JPL)

Encelade (crédit:NASA JPL)

Le pôle sud d’Encelade abrite donc une « mer » souterraine de la taille du Lac Supérieur aux Etats-Unis ( 2ème plus grand lac terrestre) et possède un fond constitué de roches, ce qui pourrait se prêter au développement de formes de vie primitives.

L’existence d’un tel océan souterrain avait été évoquée par les astronomes dès 2005 par la découverte de trous de vapeur (geysers ) s’échappant du pôle sud d’Encelade. Des jets de vapeur qui contiennent – selon la chef du projet Cassini à la Nasa Linda Spilker – de l’eau salée et des molécules organiques, ingrédients chimiques élémentaires pour créer la vie.

Geysers au pôle sud d'Encelade (crédit: Nasa JPL)

Geysers au pôle sud d’Encelade (crédit: Nasa JPL)

Mise aux enchères du seul appareil photo revenu de la Lune !

Ce samedi 22 mars 2014, l’unique appareil photo de la Nasa revenu sur Terre après une mission sur la Lune sera mis aux enchères à Vienne en Autriche. C’est la galerie Westlicht qui organise cette vente – l’une des galeries les plus réputées au monde dans le domaine de la photo – c’est aussi une galerie connue pour avoir vendu aux enchères en 2012 l’appareil photo le plus cher du monde, un prototype Leica de 1923, adjugé pour 2 millions 160 mille euros !

Cette fois-ci , l’appareil photo à vendre est le fameux boîtier argenté qui était attaché à l’avant de la combinaison des marcheurs lunaires.

L'appareil Hasselblad au coeur des missions Apollo

L’appareil Hasselblad au coeur des missions Apollo

L’exemplaire qui cherche acquéreur est un Hasselblad (marque suédoise réputée pour sa qualité) porté par l’astronaute Jim Irwin, appareil avec lequel l’astronaute américain a pris 299 photos en trois jours sur la Lune lors de la mission Apollo 15 en juillet 1971. Il est mis en vente par un collectionneur italien qui l’avait racheté à un américain, et est estimé entre 150 000 et 200 000 euros.

Appareil Hasselblad des missions Apollo

Appareil Hasselblad des missions Apollo

Au total, 14 appareils photo ont voyagé sur la Lune lors des missions Apollo 11 à 17, mais cet exemplaire est le seul qui en est revenu, probablement parce que les astronautes (Jim Irwin et Dave Scott) n’ont pas réussi à en extraire le film ! Les 13 autres sont tous restés sur la Lune ( où ils se trouvent toujours, quel gâchis ! ) , pour permettre aux astronautes de ramener à la place davantage de pierres lunaires (voyez donc mon article précédent).

Alors comment être CERTAIN que l’appareil vendu aux enchères est bien CELUI qui est revenu de la Lune ? pas évident… selon le fondateur de la galerie autrichienne,  une petite plaque à l’intérieur du Hasselblad, contenant le numéro 38, est la même que celle qui apparaît sur les photos lunaires de la mission Apollo 15. C’est la preuve irréfutable ! ouaaais !  Bon, on lui croit sur parole… on n’a pas le choix… comment faire autrement ?

Une véritable pierre lunaire visible à Paris

Si vous débarquez sur ce blog, c’est probablement que la Lune et l’histoire de sa conquête vous intéressent… si en plus, vous habitez en France, et particulièrement en région parisienne, ce qui va suivre va sans doute retenir votre attention.

Une exposition se tient depuis le 12 février 2014 au Muséum National d’Histoire Naturelle, au jardin des Plantes à Paris. Elle s’intitule sobrement « Nuit ». L’occasion de découvrir la vie des animaux la nuit, et de s’initier à l’astronomie.  Plutôt sympa comme idée,  surtout pour y amener nos enfants, mais bon on ne va pas sauter au plafond.

Et pourtant si.  Cette exposition qui se tient jusqu’au 3 novembre 2014 abrite une véritable pierre lunaire ramenée par l’une des missions Apollo.

L’objet – bien protégé dans un coffre-fort vitré – n’a pas spécialement été mis en valeur par les organisateurs de l’expo : il est placé dans un coin, dans la salle consacrée à l’astronomie. Tant mieux, on peut l’observer tranquillement. C’est l’occasion rêvée pour admirer une véritable roche lunaire sans aller aux Etats-Unis !

Elle est quasiment impossible à photographier dans son abri de verre illuminé :  les résultats sont désastreux, voyez ci-dessous, on n’y voit rien !

Des curieux admirent le caillou lunaire exposé à Paris

Des curieux admirent le caillou lunaire exposé à Paris

Impossible à photographier !

Impossible à photographier !

Des détails sur le caillou exposé

On apprend par les indications figurant sous la roche abritée par sa pyramide vitrée, qu’il s’agit en fait du fragment d’une roche lunaire de plus de 2 kilos terrestres. Elle fait partie des 77 kilos de roches lunaires ramenées en 1971 par la mission Apollo 15 à Rima Hadley.

Le fragment exposé à Paris correspond à une pierre ramassée par James Irwin lors de sa 2ème sortie extravéhiculaire (en compagnie de Dave Scott). Il a été collecté au point N.8 de leur sortie dans la plaine de Hadley. Cet endroit se situe en face de leur module lunaire Falcon.

in situ

Localisation 8 – mission Apollo 15 (crédit:NASA)

Mission Apollo 15, vue de la position 8. (crédit:NASA)

Mission Apollo 15, vue de la position 8. (crédit:NASA)

Selon mes observations de la roche Parisienne, (là,  je peux me tromper et je vous invite à me corriger !), il s’agirait d’un fragment de la Roche N°15058 (Roche surnommée Pink Rock)

fragment de la roche 15058-Apollo15 (crédit:NASA)

fragment de la roche 15058-Apollo15 (crédit:NASA)

Bref, tout cela pour dire qu’un coup d’oeil à cette roche vaut le coup. N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires.

Irwin et Scott en action sur la zone de collecte de la pierre (crédit:Nasa)

Irwin et Scott en action sur la zone de collecte de la pierre (crédit:Nasa)

Pour ses 10 ans sur Mars, Opportunity joue au petit poucet

Pour son 10ème anniversaire de présence sur Mars, le rover Opportunity refait parler de lui.

Souvenez-vous, c’était il y a pile 10 ans – le 25 janvier 2004 – Opportunity se posait sur la planète rouge, dans la région de Meridiani Planum, afin d’explorer les bords de plusieurs cratères et de rechercher des indices de la présence d’eau dans le passé martien.  3 semaines plus tard, son jumeau, le rover Spirit se posait lui aussi, avec succès, dans le cadre de cette double mission de la NASA.

10 ans après, Spirit a rendu l’âme  (il s’est éteint en 2009). En revanche, Opportunity continue de rouler, alors qu’à l’origine sa durée de survie était programmée à 90 jours !

Opportunity vue d'artiste

Opportunity vue d’artiste

Si l’on reparle d’Opportunity aujourd’hui, c’est pour cette incohérence apparue sur l’un des clichés envoyés par le rover le 8 janvier 2014 : une petite roche de la taille d’un poing et de couleur blanche est apparue à un endroit où elle ne se trouvait pas 12 jours plus tôt, alors que le rover est stationné sur l’un des bords du cratère Endeavour.

Cette roche ressemblant à un « donut à la confiture » selon l’expression poétique de Steve Squyres -le principal scientifique de la mission- est l’objet depuis de toutes les discussions. A tel point que les scientifiques lui ont donné un petit nom : elle s’appellera désormais « Pinnacle Island ».

Images avant-après. (crédit:Nasa-JPL/Caltech)

Images avant-après. (crédit:Nasa-JPL/Caltech)

D’où vient «Pinnacle Island » ? que s’est- il passé alors que le rover n’a pas bougé durant cet intervalle ?

Deux hypothèses :

1-      Le gros caillou a été déterré par une roue du robot et projeté à cet endroit.

2-      Le caillou a atterri juste devant Opportunity après avoir été projeté à la suite d’un impact de météorite sur la surface martienne.

C’est l’hypothèse N.1  qui paraît la plus crédible. ( Elle a d’ailleurs été confirmée par la NASA le 15 février 2014, ce caillou est un morceau de roche plus grande, brisée et déplacée par une roue d’Opportunity )

Ce qui est amusant par ailleurs, c’est que l’examen de « Pinnacle Island » a permis de déceler beaucoup de soufre et de fortes concentrations de manganèse et de magnésium : une composition inhabituelle et différente ce qui a été observé jusqu’à présent.  L’explication la plus probable : la roche a sans doute été retournée lors de son déplacement, lui faisant exposer la face qui n’a pas été en contact avec l’air martien depuis des dizaines, des centaines, des milliers, peut-être des millions d’années. Car Mars reste à ce jour, rappelons-le, un paysage essentiellement immobile.

Manifestement, il n’y a rien de surnaturel ou d’extraterrestre dans la présence de cette roche, mais l’évènement est accueilli avec enthousiasme par les scientifiques,  et avec excitation par les journalistes qui peuvent enfin utiliser cette formule : « Découverte mystérieuse sur Mars » !

Une formule qui ouvre la porte à toutes les interprétations.

Pour le plaisir, voici ci-dessous, une superbe photo prise par Opportunity en juillet 2007 lors de son périple martien. Le rover était alors au bord du cratère Victoria. Fascinant !

Cratère Victoria-Mars-2007 (crédit:Nasa)

Cratère Victoria-Mars-2007 (crédit:Nasa)