La sonde Maven en orbite martienne

Ce lundi 22 septembre à 4h24 du matin (heure française), MAVEN a effectué avec succès son insertion dans l’orbite de Mars. C’est la fin d’un voyage de 10 mois et 711 millions de km pour cette sonde américaine qui va tenter de percer les mystères de la perte autrefois, d’une grande partie de l’atmosphère de la planète rouge…

Maven avait décollé le 18 novembre 2013 de Cap Canaveral en Floride.

Maven (image d'artiste)

Maven (image d’artiste)

Calibrage

Désormais placée en orbite provisoire après avoir réussi à freiner sa vitesse, la sonde va entamer une longue période de calibrage de ses instruments embarqués. Ils sont 8 au total dont un spectromètre de masse pour déterminer les structures moléculaires des gaz atmosphériques et un appareil mis au point par l’Institut français de recherche en astrophysique qui va analyser le vent solaire. Il s’appelle SWEA pour Solar Wind Electron Analyser. Le calibrage du matériel devrait durer environ 5 semaines. Maven se placera ensuite sur une orbite elliptique. Celle-ci lui permettra de mieux observer les couches de la haute atmosphère martienne. Son altitude variera ainsi de 150 km à plus de 6000 !

Pourquoi une nouvelle mission martienne ?

Pas d’ « amarsissage » en vue, Maven va rester en orbite pour essayer de comprendre où ont bien pu passer tout le dioxyde de carbone et toute l’eau qui se trouvaient sur Mars dans un passé lointain. Précision de Bruce Jakosky de l’Université du Colorado et principal scientifique de la mission : « Quand de l’eau coulait en abondance sur Mars, comme le montrent de nombreux indices, la planète devait avoir une atmosphère plus épaisse qui produisait des gaz à effet de serre lui permettant d’être plus chaude ». Il s’agit maintenant pour les scientifiques de comprendre les changements survenus au fil du temps.

Cette mission – d’un coût de 671 millions de dollars – va durer un an.

Publicités

La ruée des petits engins vers Mars

Il y a eu une sonde indienne il y a 2 semaines, et voici venir Maven.

Maven en orbite - vue d'artiste

Maven en orbite – vue d’artiste

La Nasa a lancé de Cap Canaveral en Floride, à bord d’une fusée Atlas V, la sonde Maven pour « Mars Atmosphere et Volatile Evolution ». Comme son nom anglais l’indique, cet engin de 11 mètres de long et 2500 kilos terrestres, va analyser les couches de la haute atmosphère de la planète rouge, afin de tenter de comprendre pourquoi la plus grande partie de l’atmosphère martienne s’est perdue dans l’espace au lieu de rester autour de la planète, ce qui aurait permis à Mars de demeurer un environnement propice à la vie… ce grand changement s’est produit il y a près de 4 milliards d’années peu après la création du système solaire, transformant Mars en un désert rouge où l’eau s’est raréfiée…

Maven – qui a coûté 671 millions de dollars – est équipée de 8 instruments et 9 capteurs. Parmi ces équipements, un appareil français – un analyseur de vent solaire baptisé SWEA – a été mis au point par l’Institut Français de recherche en astrophysique et planétologie.

La sonde Maven devrait atteindre l’orbite martienne au terme d’un voyage de 10 mois.

Nouvelle mission en 2020 : le succès martien de Curiosity donne des ailes à la NASA

L’Amérique est le leader mondial de l’exploration de la planète Rouge. Ce n’est pas moi qui le dis mais Charles Bolden, patron de la NASA.

Effectivement, dans ce domaine – il y a peu – voire pas de concurrence… il y a bien les européens qui essaient de travailler avec les russes sur un projet baptisé Exomars, mais concrètement, les américains sont bien les seuls à balader  leurs engins radioguidés sur le sol de Mars la rouge.  L’agence spatiale américaine forte de l’impressionnant succès de la mission Curiosity annonce ainsi son intention de lancer un nouveau robot d’exploration scientifique sur Mars en 2020.

Il viendra s’ajouter aux autres projets déjà en préparation : le robot InSight attendu sur la planète rouge en 2016 pour étudier la formation de Mars et la structure de son noyau.  Plus près de nous,  dès l’année prochaine,  la sonde Maven  devra se placer en orbite martienne afin d’étudier la haute atmosphère.

Tout ce matériel viendra s’ajouter à ce qui est déjà sur place :  Curiosity – le plus gros des robots – arrivé sur Mars en août 2012, Opportunity toujours actif depuis son amarsissage en 2004, ( Spirit et Sojourner ayant quant à eux rendu l’âme ). Enfin 2 sondes américaines sont en orbite autour de la planète rouge.

image
Ci-dessus, une image du film « Mission to Mars » de Brian de Palma (2000)

Et l’objectif de ce déploiement de force ?

Rions un peu. Non, je vous jure que ce n’est pas moi qui le dis : l’objectif de toutes ces missions robotisées serait ( je cite Charles Bolden ) de  répondre au défi du Président Obama d’envoyer des hommes sur Mars dans les années 30 …  2030 évidemment !… encore que… on pourrait penser 2130, sans trop se tromper…

Un peu d’histoire enfin

Les Américains sont bien les patrons sur Mars, mais ils ne sont pas les premiers à avoir touché son sol. L’URSS avait réussi à poser une sonde en mars 1971. « Mars 3 » – c’était son petit nom- avait fonctionné 20 secondes ! C’est peu… quelques années plus tard en 1976,  juste après la grande aventure lunaire, la NASA investissait le sable rouge avec les robots Viking 1 et Viking 2