Curiosity a bien détecté un élément organique sur Mars. Explications.

Un pseudo-scoop il y a deux semaines.

Un démenti la semaine dernière.

Et enfin des explications cette semaine. 

La NASA a donné une conférence de presse ce lundi 3 décembre 2012, pour remettre les pendules à l’heure sur les analyses faites par le robot Curiosity sur le sol martien :

Une fois encore, non. Le robot n’a pas découvert de traces de vie dans le cratère Gale. Mais l’un des instruments de Curiosity a bien mis la main sur un élément « organique » simple dont l’origine reste à déterminer.

Essayons d’expliquer les choses simplement, dans la mesure du possible

L’instrument SAM ( Sample Analysis on Mars ) a analysé des échantillons du sol de la planète rouge, en les chauffant afin de déterminer la composition des gaz qu’ils contiennent. Ainsi ont été trouvées des molécules d’eau, du soufre, et peut-être du perchlorate formé d’oxygène et de chlore. La NASA confirme lors de cette opération, la détection d’un élément organique simple à base de carbone, mais aucun composant complexe à base de carbone nécessaire à la vie microbienne. En d’autre termes, il y a bien un indice mais pas de preuves.

Cet élément organique simple pourrait ne pas être martien

C’est le 2ème élément qui fait relativiser cette découverte …. Cet élément organique a pu être apporté d’ailleurs, comprenez il a pu tomber sur Mars après avoir voyagé dans l’espace. Notre expert John Grotzinger, de l’Institut de technologie de Californie, nous rappelle ainsi que des matériaux cosmiques de composition organique tombent régulièrement sur la surface de nombreuses planètes. Il n’est pas exclu d’ailleurs que cet élément provienne de la Terre, apporté tout simplement par notre ami Curiosity !

A ce stade, rappelle le scientifique, la probabilité de trouver des signes de vie sur Mars demeure très faible. Et si découverte il y a, elle sera rendue publique. Ouf, nous voilà rassurés, la NASA promet de ne pas faire de cachotteries !

Selon les experts, c’est sur le Mont Sharp – destination finale du robot américain – que les chances de trouver des composés complexes nécessaires à la vie, seront les plus importants. D’ici là, Curiosity a du pain sur la planche et au moins 8 kilomètres à crapahuter !

 

Publicités

La découverte historique de Curiosity sur Mars, c’était pour rigoler !

«  Les rumeurs et les spéculations selon lesquelles une  découverte majeure aurait été faite dans le cadre de la mission Curiosity qui est à ses débuts, sont erronées ». C’est par ces mots que la NASA a apporté hier un formel démenti aux propos d’un de ses scientifiques.

Un responsable de la mission qui avait évoqué à la radio il y a deux semaines, une découverte propre à « entrer dans les livres d’histoire » ( voir mes posts précédents ).  La NASA ajoute: « à ce stade, les instruments n’ont détecté aucune indication définitive de matière organique martienne ». Pas de trace de vie sur la planète rouge.

Tout cela était une blague, du « mal dit ».

John Grotzinger, le scientifique qui a "laché le morceau..."

John Grotzinger, le scientifique qui a « laché le morceau… »

Néanmoins, un démenti qui apporte encore de l’eau au moulin des uns… et des autres :

1/ les rationnels qui ( j’en fais partie ) pensent qu’il ne s’agit pas vraiment d’une maladresse, mais plutôt d’une volonté délibérée de provoquer le « buzz » sur l’internet, histoire de faire mousser l’agence spatiale américaine et sa mission.

2/ les illuminés et leurs amis, qui verront sans doute dans le démenti de la NASA une volonté d’étouffer une découverte majeure.  D’ailleurs le communiqué dit qu’il n’y a aucune indication « définitive » de matière organique martienne. « Définitive » laisse supposer qu’il y aurait une indication « non définitive ». Allez hop, on relance les spéculations !

alien-extra-terrestre

Pourquoi la Nasa joue-t-elle à ça ? 

Je me permets ici de rappeler qu’avec Curiosity, la Nasa a réussi à réveiller l’enthousiasme de passionnés de tous poils sur l’ensemble de la planète.  C’est entre guillemets la première mission susceptible d’intéresser le grand public à l’échelle mondiale depuis bien longtemps.  Les communicants de l’agence américaine l’ont compris, et alors que la NASA traverse sans doute la plus grande crise budgétaire de son histoire, un coup de brosse à reluire sur un succès scientifique est toujours le bienvenu, quitte à sortir du cadre strictement scientifique.

Les missions Apollo sont très loin, les mission STS c’est fini- les navettes sont au musée -, Curiosity  est la seule vitrine qui vaille pour les hommes qui ont réussi il y a près d’un demi siècle à conquérir la Lune.

Me contacter ? c’est ici