Guennadi Padalka : l’espace est sa maison !

Il s’appelle Guennadi Padalka. Ce cosmonaute russe de 57 ans commande actuellement la 44ème expédition de l’ISS, la station spatiale internationale.

Padalka dans l'espace comme dans son salon ( crédit Ria Novosti)

Padalka dans l’espace comme dans son salon (crédit Ria Novosti)

Si je vous parle de lui aujourd’hui, c’est que cet homme vient de battre le record absolu de temps passé dans l’espace : 803 jours au total. Il détrône le précédent record de son compatriote Sergueï Krikalev, surnommé le « dernier citoyen de l’URSS »… parti dans l’espace comme soviétique, il était revenu sur terre après l’effondrement de l’Union Soviétique…

Guennadi Padalka va en fait pulvériser le record de Krikalev : à son retour prévu le 11 septembre 2015, il aura passé plus de 877 jours au-dessus de nos têtes, soit 2 ans et 4 mois, mais pas en une seule fois : 5 vols spatiaux au total dont 4 dans l’ISS et 199 jours à bord de la regrettée station Mir.

Publicités

Première spatiale : un robot se pose sur une comète !

Cela fait plus de 10 années que Rosetta a quitté la Terre pour mener à bien cette mission. La sonde européenne  a réussi ce mercredi 12 novembre 2014  à larguer et à poser un petit robot sur une comète. Une première dans l’histoire de la conquête spatiale.

L’atterrissage de la sonde Philae larguée par Rosetta a été confirmée ce mercredi à 17h03 heure française par le Centre Européen d’Opérations Spatiales (ESOC) de l’Agence Spatiale Américaine (ESA) de Darmstadt en Allemagne.

La comète 67/P photographiée par Rosetta en août 2014 à 285 km de distance (Crédit:ESA)

La comète 67/P photographiée par Rosetta en août 2014 à 285 km de distance (Crédit:ESA)

Rappelons le contexte

La sonde européenne Rosetta qui a déjà parcouru 6 milliards et demi de km, se trouve à 500 millions de km de la Terre. Elle escorte actuellement la comète 67/P Tchourioumov-Guérassimenko, qui file dans l’espace à plus de 65000km/heure, en direction du soleil.

Philae une fois posée, Rosetta au fond. (vue d'artiste)

Philae une fois posée, Rosetta au fond. (vue d’artiste)

La manœuvre d’atterrissage est totalement inédite

Rosetta s’est placée à environ 20km de la comète et a libéré Philae, un robot-laboratoire de 100 kg terrestres. Philae une fois largué, a entamé comme prévu une chute libre de 7 heures en direction de Tchourioumov-Guérassimenko, une chute lente car simplement provoquée par la faible gravité du noyau de la comète. Philae est équipé cependant d’un système interne qui lui a permis de garder sa verticalité pendant la descente et d’atterrir sur ses pieds, avec succès, ce mercredi 12 novembre 2014, à 16h35 heure française.

Atterrissage réussi !

Philae s’est posé dans une zone de la comète – baptisée Agilkia – sur laquelle il y a plusieurs centaines de rochers et des pentes importantes. 18 pour cent de cette zone était impropre à l’atterrissage et menaçait de faire échouer cette partie de la mission. Coup de chance, Philae a pu trouver un terrain propice pour s’accrocher à la comète avec ses 3 pattes.

Philae maintenant posé, a du boulot :  deux jours et demi d’analyses scientifiques intensives. Une opération de forage est même prévue. Ensuite le rythme sera adapté en fonction de la capacité de sa batterie. Philae pourrait fonctionner jusqu’au printemps 2015, avant de mourir de chaud quand la comète se rapprochera trop près du soleil.