Planète numéro 9. Info ou intox ?

 

On l’a déjà baptisée « 9ème planète », mais existe-t-elle vraiment ? La réponse : c’est très probable, voici pourquoi.

Les chercheurs américains Konstantin Batygin et Mike Brown du Caltech (Institut de technologie de Californie) ont annoncé qu’une 9ème planète pourrait se trouver dans la partie la plus éloignée du système solaire. Elle aurait une masse d’environ 10 fois celle de la Terre et serait extrêmement éloignée : environ 20 fois plus éloignée que Neptune ! Neptune qui évolue déjà à la distance honorable de 4 milliards et demi de km du soleil, en moyenne. Un endroit où on ne fêterait pas souvent le nouvel an : cette 9ème planète aurait une orbite elliptique et mettrait entre 10 000 et 20 000 ans pour faire le tour du soleil.

9

La « neuvième » vue d’artiste (crédit: Caltech)

Chouette, donc. Une 9ème planète. Problème toutefois : elle n’a jamais été vue ! même pas par nos deux chercheurs découvreurs ! Alors comment savent-ils ?

Eh bien Konstantin Batygin et Mike Brown se sont servis de modèles mathématiques et de simulations par ordinateur. Ils ont étudié en fait l’évolution mystérieuse de corps célestes connus – objets glacés ou débris divers – dans cette zone largement inexplorée, car très éloignée de nous. Zone dans laquelle se trouvent plusieurs planètes naines connues : Pluton, Eris, Makémaké ou Hauméa.  La présence, notamment la force gravitationnelle de la supposée 9ème planète permettrait d’expliquer l’alignement de divers objets dans la ceinture de Kuiper, ou encore le comportement de certains astres comme Sedna. Sedna, une planète naine transneptunienne qui ne s’approche jamais très près de Neptune ce qui indique l’influence gravitationnelle d’une « autre planète ».

« Autre planète » qui serait la fameuse 9ème. Les astronomes peaufinent donc leurs simulations informatiques et invitent la communauté des astronomes à scruter le ciel à sa recherche.

Le modèle mathématique est sur la table, mais il nous manque la vue. En astronomie aussi, on ne croira que ce que l’on verra !

Publicités

Pour ses 10 ans sur Mars, Opportunity joue au petit poucet

Pour son 10ème anniversaire de présence sur Mars, le rover Opportunity refait parler de lui.

Souvenez-vous, c’était il y a pile 10 ans – le 25 janvier 2004 – Opportunity se posait sur la planète rouge, dans la région de Meridiani Planum, afin d’explorer les bords de plusieurs cratères et de rechercher des indices de la présence d’eau dans le passé martien.  3 semaines plus tard, son jumeau, le rover Spirit se posait lui aussi, avec succès, dans le cadre de cette double mission de la NASA.

10 ans après, Spirit a rendu l’âme  (il s’est éteint en 2009). En revanche, Opportunity continue de rouler, alors qu’à l’origine sa durée de survie était programmée à 90 jours !

Opportunity vue d'artiste

Opportunity vue d’artiste

Si l’on reparle d’Opportunity aujourd’hui, c’est pour cette incohérence apparue sur l’un des clichés envoyés par le rover le 8 janvier 2014 : une petite roche de la taille d’un poing et de couleur blanche est apparue à un endroit où elle ne se trouvait pas 12 jours plus tôt, alors que le rover est stationné sur l’un des bords du cratère Endeavour.

Cette roche ressemblant à un « donut à la confiture » selon l’expression poétique de Steve Squyres -le principal scientifique de la mission- est l’objet depuis de toutes les discussions. A tel point que les scientifiques lui ont donné un petit nom : elle s’appellera désormais « Pinnacle Island ».

Images avant-après. (crédit:Nasa-JPL/Caltech)

Images avant-après. (crédit:Nasa-JPL/Caltech)

D’où vient «Pinnacle Island » ? que s’est- il passé alors que le rover n’a pas bougé durant cet intervalle ?

Deux hypothèses :

1-      Le gros caillou a été déterré par une roue du robot et projeté à cet endroit.

2-      Le caillou a atterri juste devant Opportunity après avoir été projeté à la suite d’un impact de météorite sur la surface martienne.

C’est l’hypothèse N.1  qui paraît la plus crédible. ( Elle a d’ailleurs été confirmée par la NASA le 15 février 2014, ce caillou est un morceau de roche plus grande, brisée et déplacée par une roue d’Opportunity )

Ce qui est amusant par ailleurs, c’est que l’examen de « Pinnacle Island » a permis de déceler beaucoup de soufre et de fortes concentrations de manganèse et de magnésium : une composition inhabituelle et différente ce qui a été observé jusqu’à présent.  L’explication la plus probable : la roche a sans doute été retournée lors de son déplacement, lui faisant exposer la face qui n’a pas été en contact avec l’air martien depuis des dizaines, des centaines, des milliers, peut-être des millions d’années. Car Mars reste à ce jour, rappelons-le, un paysage essentiellement immobile.

Manifestement, il n’y a rien de surnaturel ou d’extraterrestre dans la présence de cette roche, mais l’évènement est accueilli avec enthousiasme par les scientifiques,  et avec excitation par les journalistes qui peuvent enfin utiliser cette formule : « Découverte mystérieuse sur Mars » !

Une formule qui ouvre la porte à toutes les interprétations.

Pour le plaisir, voici ci-dessous, une superbe photo prise par Opportunity en juillet 2007 lors de son périple martien. Le rover était alors au bord du cratère Victoria. Fascinant !

Cratère Victoria-Mars-2007 (crédit:Nasa)

Cratère Victoria-Mars-2007 (crédit:Nasa)