La ruée des petits engins vers Mars

Il y a eu une sonde indienne il y a 2 semaines, et voici venir Maven.

Maven en orbite - vue d'artiste

Maven en orbite – vue d’artiste

La Nasa a lancé de Cap Canaveral en Floride, à bord d’une fusée Atlas V, la sonde Maven pour « Mars Atmosphere et Volatile Evolution ». Comme son nom anglais l’indique, cet engin de 11 mètres de long et 2500 kilos terrestres, va analyser les couches de la haute atmosphère de la planète rouge, afin de tenter de comprendre pourquoi la plus grande partie de l’atmosphère martienne s’est perdue dans l’espace au lieu de rester autour de la planète, ce qui aurait permis à Mars de demeurer un environnement propice à la vie… ce grand changement s’est produit il y a près de 4 milliards d’années peu après la création du système solaire, transformant Mars en un désert rouge où l’eau s’est raréfiée…

Maven – qui a coûté 671 millions de dollars – est équipée de 8 instruments et 9 capteurs. Parmi ces équipements, un appareil français – un analyseur de vent solaire baptisé SWEA – a été mis au point par l’Institut Français de recherche en astrophysique et planétologie.

La sonde Maven devrait atteindre l’orbite martienne au terme d’un voyage de 10 mois.

Finalement, la Lune a une atmosphère. LADEE part l’étudier.

La lune va avoir de la visite…

Ce samedi 7 septembre 2013 au matin, la NASA a  lancé une fusée Minotaur V ( un missile intercontinental transformé ) du centre spatial de Wallops en Virginie.

Lancement LADEE (crédit:Nasa)

Lancement LADEE (crédit:Nasa)

A son bord, un vaisseau de la taille d’une voiturette de 383 kilos terrestres, baptisé LADEE, comprenez – in english – Lunar Atmosphere and Dust Environment Explorer. Un nom qui parle de lui-même, c’est un engin pour explorer l’atmosphère lunaire (ah bon, il y en a une ? ) et la poussière lunaire, dont on sait qu’elle est omniprésente. Plus précisément, il s’agit de récolter des données détaillées sur la structure et la composition chimique de la très ténue atmosphère sélène ( car il y en a une, oui oui !  ) , et de déterminer si de la poussière y reste en suspension.

LADEE - vue d'artiste

LADEE – vue d’artiste

3 instruments scientifiques dont deux spectromètres sont à bord.  LADEE n’est pas habité, en tout cas, il n’y a pas âme qui vive à bord, c’est rigolo de le préciser.  Coût de la mission : 280 millions de dollars.  LADEE va voyager pendant 1 mois, puis se placera en orbite lunaire pendant 140 jours pour faire son boulot.

Fusée Minotaur - Lancement LADEE (crédit: Nasa)

Fusée Minotaur – Lancement LADEE (crédit: Nasa)

Et alors pourquoi faire cet orbiteur ?  Voici 3 bonnes raisons.

1 – Les scientifiques espèrent recueillir des informations qui pourraient nous éclairer au-delà de la Lune, c’est-à-dire nous apporter des informations sur d’autres objets de notre système solaire, comme Mercure ou les grands astéroïdes.  Bref, mieux comprendre la diversité du système solaire et son évolution.

2 – L’histoire nous ramène aussi très loin en arrière : les experts veulent savoir si des grains de poussière pourraient expliquer le mystère de certaines lueurs observées par les astronautes des missions lunaires Apollo entre 1969 et 1972. Lueurs observées par les astronautes à l’horizon lunaire juste avant le lever du soleil.

3 – Enfin, il s’agit de mieux s’informer sur la Lune avant d’hypothétiques nouvelles missions humaines. Souvenez-vous à l’époque d’Apollo, on disait qu’il n’y avait pas d’atmosphère lunaire. La vérité est ailleurs : aujourd’hui – à la lumière des missions lunaires récentes – les scientifiques sont d’accord pour dire qu’il y a une « espèce » d’atmosphère, mais que celle-ci est si fine et fragile que même l’alunissage d’un nouvel engin pourrait l’affecter !  Or, les Chinois prévoient de faire alunir une sonde d’ici à fin 2014, et ils n’ont pas l’air de rigoler.  Alors, étudier cette atmosphère lunaire avant de reposer le pied, semble plutôt cohérent.