Planète numéro 9. Info ou intox ?

 

On l’a déjà baptisée « 9ème planète », mais existe-t-elle vraiment ? La réponse : c’est très probable, voici pourquoi.

Les chercheurs américains Konstantin Batygin et Mike Brown du Caltech (Institut de technologie de Californie) ont annoncé qu’une 9ème planète pourrait se trouver dans la partie la plus éloignée du système solaire. Elle aurait une masse d’environ 10 fois celle de la Terre et serait extrêmement éloignée : environ 20 fois plus éloignée que Neptune ! Neptune qui évolue déjà à la distance honorable de 4 milliards et demi de km du soleil, en moyenne. Un endroit où on ne fêterait pas souvent le nouvel an : cette 9ème planète aurait une orbite elliptique et mettrait entre 10 000 et 20 000 ans pour faire le tour du soleil.

9

La « neuvième » vue d’artiste (crédit: Caltech)

Chouette, donc. Une 9ème planète. Problème toutefois : elle n’a jamais été vue ! même pas par nos deux chercheurs découvreurs ! Alors comment savent-ils ?

Eh bien Konstantin Batygin et Mike Brown se sont servis de modèles mathématiques et de simulations par ordinateur. Ils ont étudié en fait l’évolution mystérieuse de corps célestes connus – objets glacés ou débris divers – dans cette zone largement inexplorée, car très éloignée de nous. Zone dans laquelle se trouvent plusieurs planètes naines connues : Pluton, Eris, Makémaké ou Hauméa.  La présence, notamment la force gravitationnelle de la supposée 9ème planète permettrait d’expliquer l’alignement de divers objets dans la ceinture de Kuiper, ou encore le comportement de certains astres comme Sedna. Sedna, une planète naine transneptunienne qui ne s’approche jamais très près de Neptune ce qui indique l’influence gravitationnelle d’une « autre planète ».

« Autre planète » qui serait la fameuse 9ème. Les astronomes peaufinent donc leurs simulations informatiques et invitent la communauté des astronomes à scruter le ciel à sa recherche.

Le modèle mathématique est sur la table, mais il nous manque la vue. En astronomie aussi, on ne croira que ce que l’on verra !

Publicités