Un lac sur Mars. Autrefois.


Après un an et demi passé sur Mars, il est grand temps pour la NASA de dresser un bilan d’étape du périple de son robot vedette Curiosity. L’annonce des scientifiques qui vient de paraître dans la revue américaine Science est donc une sorte de document de synthèse sur  l’ensemble du travail réalisé sur la planète rouge par le célèbre rover.

Vue générale de Yellowknife bay (crédit: Nasa/JPL)

Vue générale de Yellowknife bay (crédit: Nasa/JPL)

 

Yellowknife Bay. Premier lac martien identifié.

Et comme il est de bon ton d’élargir son audience au-delà de la communauté scientifique, les représentants de l’agence spatiale américaine ont choisi cette formule choc : Curiosity a découvert pour la première fois des preuves directes de l’existence d’un ancien lac d’eau douce sur Mars ! waouh. Ça en jette. On dirait que la découverte date de cette nuit ou de la nuit précédente.

En fait non : il a fallu plus d’un an de forages et de piétinements à Curiosity et autant d’analyses de données aux scientifiques pour en arriver à cette conclusion : les roches martiennes situées dans le cratère Gale – précisément dans une dépression baptisée Yellowknife bay –  contiennent des traces de carbone, d’hydrogène, d’oxygène, d’azote et de soufre, qui « fourniraient les conditions idéales pour une vie microbienne élémentaire ».  C’est vraiment identique à un environnement que l’on peut trouver sur Terre, se plait à déclarer John Grotzinger, professeur de géologie à l’Institut de technologie de Californie, directeur scientifique de la mission. A ce stade cependant, aucune forme de vie n’a été détectée dans les roches.

Cependant, Curiosity a effectué des forages dans des fragments de grès et y a découvert des minéraux argileux suggérant une interaction avec de l’eau.  Des roches qui selon les scientifiques, apportent la preuve de l’existence d’un lac dans le cratère Gale il y a plus de 3 milliards d’années.  Evidemment, aujourd’hui, plus aucune trace ni de lac, ni d’eau à l’état liquide. Mars est bien un lieu désertique et inhospitalier.

Curiosity prend en photo ses propres roues -photo du 8 décembre 2013 (crédit: Nasa/JPL)

Curiosity prend en photo ses propres roues -photo du 8 décembre 2013 (crédit: Nasa/JPL)

Ce rapport d’étape confirme en tout cas le succès de la mission MSL Curiosity. Le rover de la NASA a fait du bon boulot, et ce n’est pas fini. Il se dirige maintenant vers les pentes du Mont Sharp. Les géologues espèrent  y observer des stratifications de roches qui permettront des datations plus précises des évènements géologiques martiens.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s