« GO » pour GAIA, l’arpenteur de la galaxie

 C’est à 10h12 heure française qu’a été lancée ce jeudi 19 décembre 2013  du centre spatial de Kourou en Guyane, le téléscope spatial européen GAIA. Un engin de haute précision construit à Toulouse par la société Astrium pour le compte de l’Agence Spatiale Européenne. GAIA a été propulsé par une fusée Soyouz.

Gaïa - vue d'artiste

Gaïa – vue d’artiste

Gaia c’est quoi ?

Dans la mythologie Grecque, Gaia est une déesse, identifiée à la « déesse-mère » ( cliquez ici pour plus d’info ) Pour ce qui nous concerne, Gaia est un double-téléscope – d’un poids terrestre de 2 tonnes et de 4 mètres de haut – capable de voir des étoiles dont l’éclat est 400 000 fois plus faible que celles visibles à l’oeil nu. Il va être positionné sur une orbite très éloignée de la Terre, à environ un million et demi de km. Durant une mission prévue pour durer 5 à 6 ans, il va localiser, photographier, mesurer avec précision la distance d’un milliard d’étoiles… des données qui pour la plupart de ces corps célestes, n’ont jamais été établies avec précision…

Gaia permettra de réaliser une cartographie en 3D dela Voie lactée,  de réaliser un atlas du ciel d’une précision inégalée, de reconstituer on l’espère, l’histoire de la formation de notre galaxie. Bref, de tenter de mieux comprendre notre place dans l’univers.

En  France, cela veut dire beaucoup de travail pour le CNES. Le centre national d’études spatiales effectuera le traitement de près de 40 pour cent des données envoyées par le satellite GAIA.

Ce matin, un lapin, s’est posé sur la Lune !

Il s’appelle donc Lapin de jade – ou Yutu en Chinois. Ce joli rover en photo ci-dessous fait ses premiers tours de roue sur la Lune.

Dans le cadre de la mission Chinoise « Chang E 3 », freiné dans sa descente par ses rétrofusées, notre lapin s’est posé dans la baie des Arcs en ciel ce 14 décembre 2013. Un endroit qui se situe en haut a gauche quand on regarde la lune de la Terre ( secteur du golfe des Iris, appelé aussi Sinus Iridum ). Le rover radioguidé est conçu pour résister à des écarts de températures de 300 degrés Celsius afin de supporter la nuit lunaire. Durant au moins trois mois, il va effectuer des analyses scientifiques, faire des photos dont certaines en trois dimensions, et se déplacer à une vitesse maximale de 200 mètres par heure.

Yutu roule sur la lune ! (AFP)

Yutu roule sur la lune ! (AFP)

C’est la première fois dans l’histoire de la conquête spatiale que la Chine parvient à poser en douceur un engin roulant sur la Lune. Les prédécesseurs de Yutu étaient américains ( les LRV des missions Apollo ) et soviétiques (les Lunokhod). Le précédent alunissage en douceur remonte à la mission soviétique Luna 24, c’était l’été 1976… il y a plus de 37 ans…  la Chine entre donc dans le cercle restreint des pays ayant atteint l’astre de nos nuits.

Le lapin de jade, fierté Chinoise

Le rover Lapin de Jade affiche visiblement sur son flanc le drapeau rouge de la République Populaire. Il fait depuis ce week-end la fierté de son pays. D’ailleurs le numéro un Chinois Xi Jiping et le premier ministre Li Keqiang se sont déplacés au Centre de contrôle spatial de Pékin hier soir, pour l’annonce officielle du succès total de la mission Chang E 3.  Le rover Yutu est la 3ème mission lunaire des Chinois, elle intervient après Chang E 1 ( octobre 2007 ) et Chang E 2 (octobre 2010). Voyez mes articles précédents pour plus d’infos.

Pas mécontents les Chinois !

Pas mécontents les Chinois !

Chang E 3. Juste une étape.

Chang E 4 est prévu en 2015, ce sera aussi un rover. Viendra ensuite l’attendue mission Chang E5 qui devrait permettre en 2017 un retour d’échantillons lunaires.  Tout cela sera un préalable à ce qui nous attend à l’horizon 2025 : un probable chinois sur la Lune.  C’est l’objectif à peine dissimulé des dirigeants Chinois. Le 13ème homme sur la lune sera Chinois, disais-je dans un article précédent.  Nous n’y sommes pas encore, mais nous y allons.

Un lac sur Mars. Autrefois.

Après un an et demi passé sur Mars, il est grand temps pour la NASA de dresser un bilan d’étape du périple de son robot vedette Curiosity. L’annonce des scientifiques qui vient de paraître dans la revue américaine Science est donc une sorte de document de synthèse sur  l’ensemble du travail réalisé sur la planète rouge par le célèbre rover.

Vue générale de Yellowknife bay (crédit: Nasa/JPL)

Vue générale de Yellowknife bay (crédit: Nasa/JPL)

 

Yellowknife Bay. Premier lac martien identifié.

Et comme il est de bon ton d’élargir son audience au-delà de la communauté scientifique, les représentants de l’agence spatiale américaine ont choisi cette formule choc : Curiosity a découvert pour la première fois des preuves directes de l’existence d’un ancien lac d’eau douce sur Mars ! waouh. Ça en jette. On dirait que la découverte date de cette nuit ou de la nuit précédente.

En fait non : il a fallu plus d’un an de forages et de piétinements à Curiosity et autant d’analyses de données aux scientifiques pour en arriver à cette conclusion : les roches martiennes situées dans le cratère Gale – précisément dans une dépression baptisée Yellowknife bay –  contiennent des traces de carbone, d’hydrogène, d’oxygène, d’azote et de soufre, qui « fourniraient les conditions idéales pour une vie microbienne élémentaire ».  C’est vraiment identique à un environnement que l’on peut trouver sur Terre, se plait à déclarer John Grotzinger, professeur de géologie à l’Institut de technologie de Californie, directeur scientifique de la mission. A ce stade cependant, aucune forme de vie n’a été détectée dans les roches.

Cependant, Curiosity a effectué des forages dans des fragments de grès et y a découvert des minéraux argileux suggérant une interaction avec de l’eau.  Des roches qui selon les scientifiques, apportent la preuve de l’existence d’un lac dans le cratère Gale il y a plus de 3 milliards d’années.  Evidemment, aujourd’hui, plus aucune trace ni de lac, ni d’eau à l’état liquide. Mars est bien un lieu désertique et inhospitalier.

Curiosity prend en photo ses propres roues -photo du 8 décembre 2013 (crédit: Nasa/JPL)

Curiosity prend en photo ses propres roues -photo du 8 décembre 2013 (crédit: Nasa/JPL)

Ce rapport d’étape confirme en tout cas le succès de la mission MSL Curiosity. Le rover de la NASA a fait du bon boulot, et ce n’est pas fini. Il se dirige maintenant vers les pentes du Mont Sharp. Les géologues espèrent  y observer des stratifications de roches qui permettront des datations plus précises des évènements géologiques martiens.

Chang E 3 : objectif lune

Il était 18h30 heure française ce dimanche 1er Décembre 2013 lorsqu’un lanceur Longue Marche a décollé de la base de Xichang dans le sud-ouest de la Chine. Cette fusée a emporté le « lapin de jade » (voyez l’article précédent ), premier rover Chinois de l’histoire de la conquête spatiale.

C’est donc le début de la mission Chang E 3, dont le point d’orgue sera l’alunissage en douceur d’un petit rover à 6 roues de 120 kilos terrestres, baptisé « Yutu », traduction « lapin de jade ». Si la Chine réussit cet exploit, elle deviendra la 3ème nation à rouler sur notre satellite, après les Etats Unis et l’URSS… Chang E 3 atteindra la Lune vendredi et l’alunissage de Yutu est prévu dans une douzaine de jours. Pour mémoire, les Etats-Unis ont fait rouler 3 rovers sur la lune au cours des missions historiques Apollo 15,16, et 17. Les Russes quant à eux avaient réussi à faire débarquer leurs robots Lunokhod.

Décollage de la fusée Longue Marche avec Yutu  à bord (Crédit : Reuters/China Daily)

Décollage de la fusée Longue Marche avec Yutu à bord (Crédit : Reuters/China Daily)

Un 13ème homme sur la Lune

Pour les Chinois, réussir cette mission est une question de rattrapage technologique, de prestige, et d’examen de passage en vue de l’objectif final : envoyer un homme sur la Lune à l’horizon 2025. Le 13ème homme sur la Lune sera probablement Chinois, après l’américain Gene Cernan (Apollo 17 en décembre 1972).

Rien à voir avec ci-dessus 

Et pendant ce temps, l’Inde poursuit aussi sa conquête spatiale. La fusée transportant la sonde Mangalyaan ( ou Mars Orbiter) a quitté l’orbite terrestre ce 1er décembre, direction la planète rouge. La sonde low cost ( voir mes articles précédents ) est attendue sur Mars en septembre 2014.