Les petits ruisseaux rouges de Mars


Comment dire…

Depuis que Curiosity est arrivé sur Mars, c’est comme si la conquête de l’espace – aussi modeste soit-elle – a retrouvé un peu de son attrait. On s’ennuie un peu moins, il y a des évènements susceptibles d’intéresser le grand public.  On est très loin de la grande aventure des années 60 et 70, mais bon, un robot roule sur une planète lointaine – Mars qui plus est – symbole de tous les délires d’artistes et d’écrivains, de tous les rêves des hommes. D’auteurs de science-fiction prolifiques comme Kim Stanley Robinson et son épatante trilogie, ou plus simplement de Ray Bradbury et de ses philosophiques chroniques… le site d’amarsissage de Curiosity porte d’ailleurs son nom…

Un robot  roule donc, sur une planète certes rougeâtre, mais plutôt désolée, et apparemment dénuée de toute trace de vie présente… ce robot de la Nasa vient de trouver les traces d’un ancien ruisseau…  « ruisseau », un mot qui charrie avec lui des images qui ne reflètent pas la réalité martienne… là sur Mars, sur le trajet de Curiosity, il s’agit d’un « ancien » ruisseau, totalement sec… en fait, des graviers et des cailloux provenant d’un ancien écoulement…

(Crédit: NASA/JPL)

Ci-dessus, l’ancien ruisseau, photo mosaïque prise par la MastCam le 14 septembre 2012.

Il ne s’agit pas à proprement parler d’une découverte, puisqu’on sait depuis longtemps qu’il y a de l’eau sur Mars et que des canaux y ont été observés par les différents orbiteurs, mais bon, c’est tout de même la première fois que l’on peut observer des graviers qui ont été transportés par le l’eau martienne… des graviers datant probablement de plusieurs milliards d’années, dont la taille varie d’un grain de sable à celui d’une balle de golf.

A partir de leurs tailles, les ingénieurs de la NASA ont déduit que l’eau s’y écoulait à l’époque à environ 0,91 mètre par seconde, avec une profondeur d’environ 1 mètre. Toujours selon ces analyses,  la forme arrondie des cailloux indiquent qu’ils ont beaucoup voyagé, provenant sans doute de Peace Vallis, un canal situé sur le haut du bassin et qui rejoint l’écoulement alluvial. Pour comprendre mon charabia, regardez la photo thermique ci-dessous.

(crédit: Nasa/JPL)

Curiosity se trouverait ainsi au milieu d’un réseau d’anciens ruisseaux et rivières… sur la photo thermique ci-dessus, le rouge correspond à des zones moins froides que les autres. Le cercle correspond à la zone d’amarsissage-cible du rover, et la croix au lieu d’arrivée effectif de Curiosity, baptisé « Bradbury landing ».  Précisons que Curiosity se dirige vers le site Glenelg qui se trouve vers le bas à droite de la croix.

Me contacter ? cliquez ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s