Sur Terre ou sur la Lune, un caillou est un caillou

Il y a des certitudes qui tombent, même plus de 40 ans après.

Lorsque Neil Armstrong et Buzz Aldrin s’étaient rendus sur la Lune à bord de la mission historique Apollo 11, en juillet 1969, ils avaient ramené sur Terre l’équivalent terrestre de 22 kilos de roches sélènes, récupérées autour du module Eagle sur le site de plaine de basalte de la mer de la Tranquillité.

(Mission Apollo 11 – crédit Nasa )

Dans cette précieuse cargaison, les scientifiques devaient découvrir quelque temps plus tard un minerai rare, baptisé logiquement « tranquillittyte » du nom du site lunaire où il avait été ramassé.

Un minerai longtemps considéré comme propre à l’astre de nos nuits.

(Roche lunaire basaltique ramenée par la mission Apollo 11 )

Or, un scientifique australien de la Curtin University basée à Perth, Birger Rasmussen, vient d’annoncer que des échantillons identiques – bien terrestres eux – ont été découverts en 6 endroits différents d’Australie, à chaque fois dans des roches vieilles de plus d’un milliard d’années.

C’est la première fois que la précieuse « tranquillittyte » est découverte sur Terre.  Pour les scientifiques, cela signifie en gros que les processus et phénomènes chimiques rocheux sont probablement identiques, que l’on soit ici… où là-haut.

La lune notre voisine, est aussi notre sœur.

Me contacter

Publicités

En 2012, la Lune moins seule ?

( Grail A et B )

On n’ira pas jusqu’à dire qu’il y a risque d’embouteillage au-dessus de la Lune, en tout cas l’année démarre de façon plutôt sympathique :  

La sonde américaine LRO en orbite polaire autour de notre satellite a été rejointe ces derniers jours par 2 nouveaux engins de la taille d’une machine à laver, et pesant environ 200 kilos sur Terre. Des machines américaines, une fois de plus, alimentées par panneaux solaires et batteries au lithium, construites par Lockheed Martin.

Grail-A et Grail-B sont des sondes jumelles, donc quasi identiques, parties de notre sol il y a 3 mois et demi… contre 3 jours pour les missions Apollo…  un long périple jusqu’à la Lune qui a permis d’économiser carburant et énergie.

(Grail A et B effectueront des mesures du champ gravitationnel sélène )

Les deux sondes Grail sont donc arrivées. Enfin. Comme prévu.  Elles ont été placées en orbite quasi polaire en se suivant à environ 200 km de distance.  Les « réglages » vont maintenant commencer pour un début d’exploitation prévu en mars prochain. Les deux sondes orbiteront alors à environ 55 km d’altitude. Elles seront chargées d’effectuer des mesures très précises du champ gravitationnel lunaire, de révéler la répartition des masses, l’épaisseur et la composition des différentes strates internes de la Lune, peut-être jusqu’à son noyau. Bref, il s’agit d’améliorer les connaissances sur notre satellite.

Rappelons ici que Grail est la 110ème mission d’exploration de la Lune.

La NASA met à disposition ce lien et celui-ci pour suivre l’aventure.

Me contacter ? c’est ici.