50 ans après Gagarine, les missions humaines piétinent

 Il y a 50 ans tout juste, le 12 avril 1961, le soviétique Youri Gagarine devint le premier homme à atteindre l’espace à bord d’une capsule Vostok… un demi siècle après cet exploit historique qui ouvrit la voie aux missions habitées et à la conquête de la lune par les américains, la conquête spatiale par l’homme a perdu de sa superbe…

 

(ci-dessus, ce bon vieux Youri avant le vol historique )


Côté américain d’abord, coupes budgétaires obligent, le programme spatial de la Nasa a été largement revu à la baisse : priorité aux missions non habitées moins coûteuses, abandon de la tentative de reconquête de la Lune, et surtout mise à la retraite des navettes spatiales… dès cette année sauf report des ultimes missions STS, les américains n’auront plus la possibilité technique d’envoyer un homme dans l’espace… à peine croyable pour ce géant de l’aventure spatiale qui fit marcher 12 hommes sur la Lune… les américains devront s’appuyer – au moins provisoirement le temps de mettre au point l’hypothétique capsule Orion à l’horizon 2015 – sur les Soyouz russes pour envoyer leurs astronautes vers la Station Spatiale Internationale…

 

( la capsule de Youri, moins confortable que l’ISS… )


côté Russe, on se félicite de détenir une technologie permettant d’atteindre l’espace :  48 fusées programmées cette année, dont 4 habitées, mais les russes vivent sur leurs acquis, disent les experts, et ne mettent pas assez de pépette sur la table…

 

Dans ce contexte défavorable, il s’agira de regrouper les moyens,  l’avenir spatial sera de toute évidence international, en y incluant les puissances montantes dans le domaine, les européens bien sûr, mais aussi les Indiens,  Japonais et les Chinois qui ont encore une part de rêve dans leur programme, en lorgnant sur la Lune.

Pour me contacter, c’est ici

Publicités

Après Saturn V, un nouveau poids lourd spatial

Son concepteur dit d’elle que c’est la fusée la plus puissante depuis Saturn V qui avait servi pour les missions sur la Lune, le patron de la boite américaine SpaceX, Elon Musk,  a dévoilé cette semaine la version lourde de son lanceur Falcon.

Baptisé « Falcon Heavy », ce lanceur aura une capacité de plus de 53 tonnes, soit environ 2 fois la navette spatiale. Haut de 69,2 mètres et 2 étages, il pèsera 1400 tonnes au lancement, pour une poussée de 1700 tonnes au décollage.

 SpaceX lanceur lourd

L’objectif est selon Mr Musk, d’ouvrir un nouvel horizon de possibilités pour à la fois les gouvernements et les missions commerciales privées. L’homme d’affaires vise donc très large : séduire les touristes spatiaux d’une part, et la Nasa d’autre part ( déjà sous contrat avec SpaceX ), qui ne va bientôt plus disposer de lanceur avec la mise à la retraite des navettes spatiales.

Falcon Heavy, qui pourra donc transporter du fret, des hommes, ou les deux à la fois,  sera acheminé au complexe de lancement de SpaceX à Vandenberg en Californie pour un premier vol de démonstration prévu au mieux fin 2012.

Le site de Cap Canaveral en Floride est censé prendre le relais fin 2013 ou 2014.

Rappelons que SpaceX est l’un des prestataires privés auxquels l’agence spatiale américaine a confié un contrat de transport de fret vers l’ISS. Il a à son actif Falcon 9 qui a déjà effectué deux vols d’essai réussis, dont la mise sur orbite et le retour de la capsule Dragon en décembre dernier, première d’une entité commerciale à revenir sur Terre.

Saturn V

Terminons comme dans un dépliant publicitaire : le prix d’un lancement de satellite sur Falcon Heavy vous coûtera…100 millions de dollars.

( Ci-contre, Saturn V, souvenez vous…

le plus grand lanceur jamais construit,

en route pour la Lune. )

Me contacter