Nasa : la grande braderie de l’aventure spatiale

Le Président des Etats-Unis Barack Obama a envoyé au Congrès un projet de budget pour 2012 qui prévoit un gel des dépenses de la NASA à hauteur de 18,7 milliards de dollars par an jusqu’en 2018.

Qui dit moins de pépète, dit moins d’ambition… out , la reconquête de la lune, ça, on le savait déjà… out plus globalement les missions habitées. Because ça coûte trop cher. C’est du moins ce que recommande un panel de scientifiques du conseil national américain de la recherche ( National Research Council in english  ) dans un rapport commandé par l’agence spatiale américaine, qui dresse les priorités entre 2013 et 2022.

Les auteurs de ce rapport notent ainsi que « l’exploration humaine peut fournir des occasions intéressantes de faire avancer la science, mais la science n’est pas leur motivation première. »

Retour discret sur Mars

(ci-dessus : valles marineris – Mars )

Les experts recommandent de se relancer vers la planète rouge, avec le projet MAX-C ( Mars Astrobiology Explorer-Cacher ). Il s’agit de tenter de déterminer si la vie a été possible sur Mars. Mais attention, le rapport estime que le projet actuel d’utilisation d’un rover pour collecter des échantillons est trop coûteux. Sur un coût estimé de 3 milliards et demi de dollars, MAX-C doit être amputé d’environ 1 milliard  ( souhaitons qu’on ne lui enlève pas les roues, sinon il va rouler beaucoup moins bien ! ). Le projet reste prévu en tout cas pour 2018 en association avec l’agence spatiale européenne.

Vol de folie vers Jupiter

( Ci-dessus : Jupiter et deux de ses satellites, Europe et Io )

2ème priorité pour ces experts : explorer « Europe », célèbre satellite de Jupiter, là aussi pour déterminer si la vie serait susceptible de s’y développer. Mais là aussi, il va falloir trancher dans le budget. De combien ? on ne sait pas. Le projet JEO ( Jupiter Europa Orbiter )est actuellement de 4,7 milliards de dollars pour l’année budgétaire 2015.

On vous propose donc un rover pour Mars sans les roues, et un vol pour Jupiter en covoiturage, pourquoi pas ?

contact

Publicités

Le 13ème homme sur la lune sera Chinois

On sait que les Chinois ont de grandes ambitions spatiales, et qu’ils sont même très bien placés pour être les prochains à fouler le sol sélène. Mais combien de temps Gene Cernan ( Apollo 17 – décembre 1972 ) restera-t-il encore le dernier homme sur la Lune ? à ce stade, nul ne le sait.

Ce que nous savons en revanche, c’est que les Chinois progressent dans la technologie spatiale avec une régularité qui les place en très bonne position pour la prochaine conquête : la presse officielle a ainsi annoncé la semaine dernière que Pékin possèderait bientôt un nouveau site ultra moderne de construction de fusées.

Selon le Global Times, 20 des 22 usines qui formeront « la plus importante base de design, de production et d’essais de fusées au monde » sont déjà terminées. C’est dans ce complexe de 200 hectares sité à Tianjin dans le nord-est de la Chine, que seront construites les fusées Longue Marche 4 et Longue Marche 5. L’objectif reste d’envoyer des hommes sur la Lune vers 2020.

( Ci-dessus: fusée Longue Marche 3A )

Pour mémoire, les fusées Longue Marche ont déjà un beau palmarès : elles ont permis à Pékin d’envoyer son premier homme dans l’espace en 2003. En septembre 2008, ce sont 3 Chinois qui sont partis à bord de Shenzou 7, propulsés là encore par une fusée Longue Marche. Cerise sur le gâteau lors de cette mission : une sortie dans l’espace.

Eh puis depuis octobre dernier, « Chang’e 2 », 2ème sonde lunaire chinoise, poursuit son travail orbital autour de notre voisine.

Enfin, Pékin voit rouge : la première sonde à destination de Mars devrait être lancée en octobre prochain, en collaboration avec les Russes.

Contact