Sur la lune, le robot est l’avenir de l’homme


Les Lunokhods Russes vont-ils avoir de la visite ?

Si la NASA et le gouvernement fédéral américain ont abandonné l’idée de renvoyer des hommes sur notre voisine cendrée, une « course » ( j’insiste sur les guillemets, c’est une course d’escargots ) pourrait s’engager entre diverses entreprises privées avec cet objectif plus ou moins précis : poser un engin non habité sur la Lune, et le faire revenir ou non, avec un échantillon. En d’autres termes, 40 années après les « douze » d’Apollo, place aux seuls robots.

 Robot

Au début du mois de juin 2010, les entreprises américaines  « XCOR Aerospace » et « Masten Space Systems » ont annoncé qu’elles faisaient équipe sur un  projet de robot alunisseur. Un robot qui saura en fait se poser en douceur, que ce soit sur Terre, sur la Lune, sur Mars, sur un astéroïde, sur le parking du centre commercial d’en face, ou sur votre balcon s’il est assez grand. Et qui saura aussi en repartir tout seul, sans assistance.

Masten, c’est souvenez-vous ( voir mes posts de 2009 ) la boite qui a décroché un prix de plus d’un million de dollars lors d’un concours d’atterrissages/décollages en douceur organisé par la NASA l’an dernier dans le désert de Mojave. XCOR de son côté a travaillé pour l’agence spatiale Américaine sur la conception du fusée à propulsion au méthane, et maintenant elle se penche sur la conception d’un lanceur à décollage horizontal, qui pourrait atteindre les limites de l’espace.

L’objectif est de développer un système entièrement robotisé, donc non-habité, pour permettre de partir à la conquête de l’ensemble du système solaire. Au-delà de la Lune, cela sous-entend les astéroïdes, Mars, mais aussi Titan, très en vue actuellement.

 Ecusson Armadillo

Sur ce créneau, ces deux boites ne sont pas les seules. Citons la start up américaine « Armadillo Aerospace ». Installée à Mesquite au Texas, elle a des ambitions spatiales à la fois robotiques et humaines. Des géants se disputent aussi le marché du robot, et cela nous rappelle l’époque Apollo : Lockheed Martin, Boeing, et Northrop Grumman notamment, tenteront forcément de décrocher des marchés.

 

Le robot, plus efficace que l’homme. Oui, mais…


Si vous souhaitez pousser la réflexion plus loin, je vous conseille vivement l’excellent livre de Norman Mailer, intitulé « Bivouac sur la Lune ». Le pavé qui pèse plus de 600 pages nous plonge au cœur de la mission Apollo 11 et de son époque. Norman Mailer y expose notamment sa théorie de la « psychologie des machines ». Des machines qui parfois, réagissent comme les humains…  non. Je n’ai pas bu.

Allez, je m’arrête ici pour aujourd’hui.

me contacter

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s