« Lune » en Chinois se dit 月亮 (Yuèliàng)


Donc. C’est fini.
Les américains ne retourneront pas sur la Lune si le projet de budget des Etats-Unis pour 2011 est approuvé.

Qui, alors ?

La Chine, très probablement.

Les responsables Chinois n’ont absolument pas réagi à l’abandon du projet lunaire américain. Quelques experts ont émis quelques commentaires, à l’image de Fu Song, de l’Ecole aérospatiale de l’université Tsinghua de Pékin :  « on ne peut pas dire – estime-t-il – que la décision américaine avantage la Chine, et encore moins que la Chine rattrape les Etats-Unis.»

Pékin reste en effet très loin des Américains. Derrière en terme de technologie, mais aussi en terme de présence dans l’espace. Les Etats-Unis même s’ils sont budgétairement dans l’impasse, collectionnent les satellites, alors que les Chinois n’en possèdent qu’une poignée.

Les Chinois se sont lancés dans leur premier programme spatial habité en 1992, en adaptant une technologie Russe. Ce n’est qu’en 2003 qu’ils ont envoyé le premier Chinois dans l’espace, devenant tout de même la 3ème puissance à le faire après les Russes et les Américains.

( Chang’e1 – vue d’artiste)

Depuis les Chinois avancent tranquillement dans leur programme spatial. Ils visent la Lune. Avec déjà un succès, l’envoi en orbite lunaire de la sonde Chang’e 1, qui a mené une mission orbitale de 16 mois avant de s’écraser sur le sol sélène le 1er mars 2009, il y a tout juste un an. Chang’e 2 devrait suivre prochainement ( voir plus bas dans ce blog ).  Pour l’envoi d’un Chinois sur la Lune, les ingénieurs évoquent l’horizon 2020, mais aucune date précise n’est arrêtée. Nous ne sommes plus du tout dans une période de course à la Lune, et les Chinois le savent bien. Ils doivent avancer prudemment, sûrement, tout en maîtrisant leurs dépenses. Le calendrier n’est pas une priorité. En revanche,  l’expertise technique est au centre de leurs préoccupations : il ne faut pas commettre d’erreur, c’est une question de prestige national. Car c’est bien cela qui intéresse le plus le Parti Communiste Chinois.

Si les Japonais ou les Indiens ne le font pas avant, un jour prochain toutefois, les Chinois atteindront l’astre de nos nuits. Et y poseront le pied comme le fit Neil Armstrong au siècle dernier. Un premier pas qui contrairement à ce que nous connaissons en Europe, n’est pas ancré dans l’imaginaire Chinois, nous dit Isabelle Sourbès-Verger, chargée de recherche au CNRS, et spécialiste du programme spatial Chinois.

Ce qui laisse penser que le jour où un Chinois posera le pied, nous connaitrons en Asie un enthousiasme similaire à celui qui marqua à jamais l’histoire de l’humanité, un 21 juillet 1969.

contact

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s