LRO élu « meilleur engin volant de l’année » !


LRO NASA

« Popular Science » est un vieux magazine américain de vulgarisation scientifique.

Chaque année, ses auteurs passent en revue des centaines, voire des milliers d’innovations technologiques  pour constituer un top 100 des meilleures nouveautés de l’année, dans de nombreux domaines allant de l’informatique à la santé en passant par l’environnement. Sont sélectionnées les innovations les plus surprenantes, les plus étonnantes, qui ont un impact positif immédiat, et une possibilité d’application pour le futur.

Le top 100 des nouveautés ( « the Best of What’s New » – en version originale ) est publié depuis 22 ans dans le numéro de décembre.

Dans son numéro de décembre 2009, le mensuel cite la sonde de la NASA “LRO” comme l’une des meilleures innovations en matière d’engins volants.

Lro autour de la Lune LRO autour de la Lune (vue d’artiste)

C’est un  honneur, a rapidement réagi Craig Tooley, chef du projet Lunar Reconnaissance Orbiter, au sein du Goddard Space Flight Center de la Nasa, à Greenbelt, qui estime que cette sélection est due à l’enthousiasme engendré aux Etats-Unis, par le retour sur la Lune, 40 ans après les missions Apollo. Si si, il semble que les américains soient enthousiastes, et qu’ils suivent attentivement les exploits de la sonde. Ah bon ? On ne ressent pas cela de ce côté ci de l’Atlantique… mais alors… pas du tout !

Il faut dire que LRO, lancée le 18 juin 2009 de Floride, et programmée pour fonctionner au moins un an, a déjà réalisé un travail phénoménal.

Placée en orbite polaire autour de la Lune quelques jours après son lancement, c’est elle qui a réalisé dès l’été dernier les premiers clichés des vestiges des missions Apollo, ( voir ci-dessous et beaucoup plus bas dans mon blog ). On y voit les étages inférieurs des modules lunaires, mais on y distingue aussi les appareils scientifiques, drapeaux, et même traces de pas. LRO, en orbite actuellement à une cinquantaine de km d’altitude, a aussi dévoilé des zones lunaires qui étaient en permanence plongées dans l’ombre,  des zones susceptibles d’abriter de l’eau et de l’hydrogène, des informations très détaillées sur la qualité du sol lunaire.

 

Apollo 12 vu par LRO

( Intrepid était le module lunaire – Surveyor 3 la sonde que Conrad et Bean ont visité en novembre 1969  – vue 2009 par LROC, l’oeil de LRO )

En 2010, LRO va poursuivre son travail en réalisant une cartographie complète et d’une précision jamais égalée de la surface sélène. La sonde va aussi étudier avec plus de précision les niveaux de radiation et les températures au sol. A la lumière de tous ces éléments, les experts de la Nasa sont censés déterminer les lieux potentiels d’alunissage des futures missions. Car rappelons le, LRO est censée représenter la première étape de la reconquête de la Lune par les américains, ou par extension par l’homme, car la mission pourrait prendre une dimension plus internationale.

Petit clin d’œil : les Russes sont déjà de la partie, l’institut pour la recherche spatiale de Moscou ayant construit l’un des équipements de LRO. Précisément le détecteur de neutrons.

contact

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s