Quand la Nasa séduit la déesse Chang’E


Le président des Etats-Unis Barack Obama est actuellement en visite officielle en Chine.  A cette occasion, Washington et Pékin se sont engagés à accroître leurs échanges militaires et à coopérer en matière d’utilisation pacifique de l’espace. D’une part, le chef de la Maison Blanche et son homologue Hu Jintao assurent qu’ils vont prendre des mesures concrètes pour promouvoir leurs relations en matière de défense. D’autre part, pour ce qui est de la conquête spatiale ( forcément pacifique… ) , les consultations bilatérales devraient s’intensifier. Aucune date n’est fixée.

Déesse Chang'E La déesse Chinoise Chang’E

Ce que l’on lit entre les lignes de cette jolie déclaration commune, c’est surtout  que la Nasa est confrontée à des contraintes budgétaires ( il lui manque rappelons-le, 3 milliards de dollars par an pour poursuivre le programme Constellation ), et dans ce contexte, une mise en commun des moyens, ou du moins une coopération internationale serait la bienvenue. Elle servirait aussi de porte de sortie pour Barack Obama, pris en étau entre la volonté de couper les crédits à l’agence spatiale américaine, et le besoin de maintenir le leadership en matière de conquête spatiale et d’accès à l’espace.  La découverte d’eau sur la lune n’est pas là pour lui faciliter la tâche, l’abandon du programme Constellation dans ce contexte ferait tache, c’est le cas de le dire.

La Chine, celle qui travaille actuellement sur le projet Chang-E 2, et qui a déjà réussi à atteindre la Lune avec Chang-E 1 ( voir plus bas dans le blog ), ferait plutôt bonne allure en tant que partenaire de la Nasa.  Les Chinois ont investi des milliards de dollars ces dernières années dans la conquête spatiale. Au-delà des sondes, ils ont aussi démontré leur capacité à envoyer des hommes en orbite basse. Autant de succès qui font qu’ils grignotent à grande vitesse leur retard sur les vieux routiers spatiaux que sont les Russes et les Américains.

Alors que Barack Obama est en Chine, le hasard ( ! ) fait que Charles Bolden, patron de la Nasa se trouve actuellement à Tokyo, et qu’il s’est déclaré prêt à coopérer avec Pékin.

Charles Bolden reconnaît que « si nous coopérions, nous serions probablement meilleurs que si nous ne le faisions pas ». Bien vu !

Une coopération internationale pourrait donc permettre la reconquête de la Lune.  Il va falloir prévoir de la place pour les drapeaux dans les soutes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s