L’eau lunaire : le rêve de la colonisation peut reprendre.


Moonlignt Le Vendredi 13 novembre 2009… eau

…la Nasa annonçait donc la présence d’eau en grande quantité sur notre satellite.

Là où nous imaginions une sècheresse absolue, sur la foi notamment des nombreuses pierres ramenées par les missions Apollo, se cache donc de l’eau glacée, dans des quantités qu’il faudra  préciser.

( Des traces d’eau avaient bien été découvertes dans les roches des missions Apollo, mais l’on pensait qu’il s’agissait d’une « contamination » liée au transport de ces pierres sur Terre ).

Avec l’eau ainsi découverte, c’est toute la vision que nous avons de la Lune qui s’en trouve bouleversée… tout son potentiel  est à redéfinir :

1.    L’eau, c’est l’élément clé pour de futures missions habitées. Elle servirait de matière première pour fournir de l’oxygène aux astronautes, et serait utile à tous les stades de la colonisation.

2.    Sur la surface de notre voisine, la régolite ( la poussière  créée par les chutes incessantes de météorites ou en gros, de la « terre » lunaire si l’on peut dire…  ) contient par ailleurs de l’oxygène et de l’hydrogène, jugés relativement faciles à extraire.  Ces deux éléments pourraient servir à fabriquer du carburant pour des moteurs de rover, voire pour des fusées, ce qui pourrait faire de la Lune la nouvelle « plateforme » de lancement pour l’exploration spatiale vers Mars et au-delà…  de telles destinations seraient moins coûteuses et plus faciles à élaborer, en partant de la Lune.

3.    La régolite contient aussi du silicium. Matière qui peut être utilisée pour concevoir des panneaux solaires, et fournir ainsi de l’électricité aux futurs résidents de ce monde hostile.

régolithe apollo 16

(ci-dessus, Charlie Duke effectue une prélèvement de régolite – mission Apollo 16)

4.    La « terre lunaire » contiendrait enfin un million de tonnes d’hélium 3, substance non radioactive très rare chez nous, et qui sert notamment pour la fusion nucléaire.  Si cette ressource parvenait à être exploitée, les ressources en énergie seraient phénoménales. L’hélium 3 lunaire n’intéresse d’ailleurs pas que les américains, d’autres pays s’en préoccupent, notamment les russes.

Affichant sa volonté d’extraire cette ressource, la société russe  S.P. Korolev Rocket and Space Corporation Energia a même dévoilé un projet de base permanente sur la Lune. L’installation des hommes débuterait en 2025, et l’extraction de l’hélium 3 en 2030. Ce géant de l’industrie spatiale sait de quoi il parle, il joue un rôle clé dans les missions habitées menées les Russes, notamment dans la construction des vaisseaux Soyouz.

Avec l’eau donc, tous les scénarios – y compris les plus délirants – sont de nouveau permis. Le pas vers la réalisation reste à franchir, et avant lui, celui de la décision de s’y mettre, pour de bon…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s